Esta es una copia de lo que fuera el website de la Mesa de negociación y Acuerdos

enlaces

Documentos Mesa Documentos
Coordinadora Democrática
Documentos
Grupo de Amigos
Documentos
Tripartitos
Documentos
Comité Asesor
Noticias

Documentos
Comisión de Enlace

Noticias
Comisión de Enlace
Opinión

 


Cyberpress
Canada, Le lundi 18 novembre 2002

Attentat pro-Chavez avive la tension au Venezuela

Agence France-Presse
Caracas

L'explosion d'un cocktail molotov contre une chaîne de télévision opposée au président Hugo Chavez a avivé lundi la tension régnant depuis deux jours au Venezuela, après la prise de contrôle de la police métropolitaine (PM) de Caracas par l'armée sur ordre du gouvernement.

Le secrétaire général de l'Organisation des États américains (OEA), César Gaviria, devait cependant tenter de poursuivre la mission de médiation entre le gouvernement et l'opposition, avec la reprise des discussions de la table de dialogue, installée sous ses auspices vendredi.

Le climat politique, tendu depuis le coup d'État manqué d'avril dernier contre M. Chavez, s'est encore dégradé au cours du week-end avec la mise sous tutelle du gouvernement samedi de la PM, accusée d'avoir violemment réprimé une manifestation qui a fait deux morts la semaine dernière.

Puis de nouveaux affrontements verbaux ont opposé M. Chavez à Washington et s'y est ajouté l'attentat contre Globovision.

Le cocktail molotov a explosé dans la nuit de dimanche à lundi sur le parking de la chaîne, provoquant un incendie qui a détruit trois véhicules, sans faire de victimes. Le directeur de Globovision, Alfredo Federico Ravell, en a attribué la responsabilité aux partisans de M. Chavez.

Cet attentat est le troisième commis contre Globovision depuis l'an dernier et le quatrième en moins d'une semaine après ceux contre la Confédération des travailleurs du Venezuela (CTV), la fédération patronale Fedecamaras, opposées au chef de l'État, et la résidence de l'archevêque de Caracas, Mgr Ignacio Velasco.

Le vice-président du Venezuela, José Vicente Rangel, a condamné «énergiquement» l'attentat et assuré qu'une enquête sera menée.




La majorité des leaders de l'opposition ont eux aussi réagi, la délégation participant à la table de dialogue réaffirmant toutefois sa disposition à poursuivre les discussions avec le gouvernement.

«Nous y revenons avec grande conviction, fermeté et espoir. Nous représentons les espérances des Vénézuéliens, nous sommes confiants dans le fait que nous nous acheminons vers l'issue électorale de la profonde crise vénézuélienne», a déclaré le chef d'entreprise Rafael Alfonzo, porte-parole de la délégation de l'opposition.

Les adversaires de M. Chavez ont cependant affirmé que la grève générale dont ils le menacent depuis des semaines se fait plus proche, et selon le secrétaire général de la CTV, Carlos Ortega, la date en sera définie cette semaine.

L'attentat contre Globovision a également été dénoncé par l'ambassade des États-Unis au Venezuela. «Nous condamnons ce type de violence contre les médias,...., c'est une attaque contre la liberté d'expression», a déclaré son attaché de presse, John Law.

À Washington, le secrétaire d'État adjoint pour l'hémisphère occidental, Otto Reich, avait affirmé vendredi que le «Venezuela est un problème pour l'hémisphère». Cette déclaration avait suscité une vive riposte de M. Chavez.

La situation restait confuse en outre au siège de la PM placée sous la tutelle du ministère de l'Intérieur et de la Justice et dont les locaux sont sous le contrôle de la Garde nationale (militarisée).

Le nouveau directeur de la PM nommé par le gouvernement, Gonzalo Sanchez Delgado, a assuré lundi qu'il allait entamer un processus de rénovation et d'assainissement de ce corps, jusque là sous la responsabilité du maire du grand Caracas, Alfredo Pena, farouche opposant à M. Chavez.
http://www.cyberpresse.ca/reseau/monde/0211/mon_102110158635.html

retroceder