Esta es una copia de lo que fuera el website de la Mesa de negociación y Acuerdos

enlaces

Documentos Mesa Documentos
Coordinadora Democrática
Documentos
Grupo de Amigos
Documentos
Tripartitos
Documentos
Comité Asesor
Noticias

Documentos
Comisión de Enlace

Noticias
Comisión de Enlace
Opinión

 


Le Figaro
Venezuela: le gouvernement dialoguera si la grève prend fin

[mardi 03 décembre 2002 - 19h24 heure de Paris]

Des grévistes tentent d'empêcher un commerçant d'ouvrir sa boutique, mardi
© AFP Andrew Alvarez
 

CARACAS (AFP) - Le gouvernement vénézuélien du président Hugo Chavez a annoncé mardi qu'il ne reprendrait les négociations avec l'opposition, pour tenter de trouver une issue à la crise politique actuelle, que lorsque la grève générale illimitée lancée lundi serait levée.
"S'ils décident de suspendre la grève, les conversations reprendront comme il se doit. Il n'y a pas d'autre voie que le dialogue pour régler les problèmes nationaux", a déclaré Jorge Valero, représentant du Venezuela à l'Organisation des Etats américains (OEA) qui fait office de médiateur.

Le secrétaire général de l'OEA, César Gaviria, a ensuite confirmé que les négociations reprendraient dès la fin du mouvement, qui n'a été marqué par aucun incident majeur.

"Le vice-président José Vicente Rangel m'a confirmé la volonté du gouvernement de revenir à la table des négociations dès que se terminera la grève", a-t-il déclaré, à l'issue d'une rencontre avec les représentants du gouvernement qu'il a qualifiée de "positive".

La "table de dialogue" entre représentants du gouvernement et de la CD a été installée le 8 novembre par M. Gaviria. Elle vise à trouver une issue à la crise politique, aggravée depuis l'éphémère coup d'Etat des 12 et 13 avril dernier contre M. Chavez. Mais les négociations ont été suspendues samedi en raison de l'appel à la grève.

La grève a été déclenchée par la Centrale des travailleurs du Venezuela (CTV) et la fédération patronale Fedecamaras, avec le soutien de la Coordination démocratique (CD), qui regroupe des partis et associations d'opposition.

Qualifiée de "succès total" par l'opposition et d'"échec" par le gouvernement, elle a été prolongée lundi soir pour une durée indéterminée.

Il s'agit de la quatrième organisée en un an par l'opposition qui fait pression afin d'obtenir le départ du pouvoir de M. Chavez, élu en 1998 et réélu en 2000 pour six ans.

Mardi, le trafic routier dans la capitale et dans les autres grandes villes était un peu plus important que la veille, aucune pénurie d'essence n'ayant été signalée.

Tout en menaçant de descendre dans la rue à partir de jeudi, l'opposition a exhorté mardi M. Gaviria à pousser le gouvernement à reprendre les négociations.

"Nous demandons à César Gaviria de presser le gouvernement à revenir à la table" des négociations, a déclaré le député Andrès Velasquez, du parti Cause Radicale, membre de la CD.

Hugo Chávez, le 29 novembre
© AFP/Archives Florencia Luna
"Nous organiserons des actions de rue de manière pacifique et démocratique, pas de façon violente. Nous allons organiser des marches, des rassemblements, des concerts de casseroles, des piquets de grève à la porte des usines", a ajouté le président de la CTV, Carlos Ortega.

La ministre du Travail, Maria Cristina Iglesias, a pour sa part déclaré que la grève était moins suivie que la veille avec un taux d'activité moyen de 84,12% contre 80,85% lundi.

Elle a précisé que l'industrie pétrolière "continue à fonctionner à 82%" alors qu'un responsable de la CTV, Adolfo Padron, a au contraire affirmé qu'elle était arrêtée à 91%.

"La livraison de combustible est normale", a pour sa part ajouté la présidente de la société chargée de la distribution d'essence à Caracas, Angelina Martino, démentant les affirmations de l'opposition selon lesquelles des pénuries à la pompe étaient imminentes.

Lundi, le leader de la CTV avait averti : "Si le gouvernement maintient son attitude d'aveuglement et de surdité (...) la grève va continuer (...) pour des heures ou pour des jours". Il avait accusé le gouvernement d'avoir "agi de manière répressive" en arrêtant des dirigeants syndicaux, des élus locaux et des cadres de la holding publique Petroleos de Venezuela (PDVSA).

Tout en confirmant la détention de 54 personnes pour sabotages présumés d'installations publiques, le ministre de l'Intérieur, Diosdado Cabello, avait estimé que la prolongation de la grève avait "un fond putschiste avec un programme caché".

© 2002 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

http://www.lefigaro.fr/perm/afp/mon/021203182414.ha68l2c4.html

retroceder